Vente de la Maison des vins : Une hérésie.

La municipalité sortante en engageant le processus de vente du bâtiment de la maison des vins commet une erreur historique et morale, une erreur économique et stratégique en termes d’image et de rayonnement de notre ville.

Bandol est connue et reconnue internationalement pour ses vins. C’est une hérésie de se priver de ce vecteur de rayonnement.

En agissant comme il le fait, le maire sortant nous prive de la valeur ajoutée à l’image que représente les Vins de Bandol pour Bandol. Il oublie, en nous imposant sa décision, le labeur des hommes et des femmes qui travaillent notre terre avec passion depuis tant de générations.  

Le maire sortant, commet également une faute grave, en engageant la commune dans cette vente à six mois de l’échéance des prochaines élections municipales. Selon ses propres mots, qui n’engagent que lui, il a découvert en 2016 que la Sogeba, à la vue de ses statuts, ne pouvait plus garder ce bâtiment. Balivernes ! Quand il y a la volonté, il y a un chemin.

La petite guerre de diversion que le maire sortant a engagé avec la communauté d’agglomération, ne doit pas détourner l’attention des Bandolais sur le fait que la vente de ce bâtiment est bien sa décision.

Je lui demande, au nom de l’intérêt général de suspendre cette vente. Le maire sortant n’a rien fait dans les 5 dernières années, nous ne sommes plus à cinq mois prêts. À moins qu’une fois encore, le maire sortant ne nous ait pas tout dit sur les raisons de cette décision arbitraire brutale ?