Maison des vins, tout ça pour ça !

Le maire de Bandol a une fois de plus frappé et prouvé son incapacité à gérer un dossier comme celui de la maison des vins. Après avoir placé les vignerons en situation délicate et engagé un combat politico-médiatique, voici qu’il annonce finalement que, le bâtiment va redevenir propriété de la ville. La commune va donc verser 2 132 485 euros à la SOGEBA, avec à la clef une augmentation du loyer de l’Oenothèque, puisqu’il annonce que la prochaine demande de renouvellement du bail dans les conditions actuelles sera rejetée. Notons que vouloir continuer des négociations en incluant le mot « rejet » n’est pas forcément la meilleure manière de mettre en place l’apaisement nécessaire au règlement de ce que nous pouvons appeler un conflit.

En maintenant sa proposition de transfert de l’Œnothèque en lieu et place de l’office du tourisme et en proposant que la ville subventionne le loyer, le maire sortant affiche une farouche volonté de nuire aux vignerons. Quant à subventionner un loyer pourquoi ne pas subventionner celui des locaux actuellement occupés ?

Non content de nuire aux vignerons, le maire sortant s’en prend à présent au Président de la communauté de communes Sud Sainte Baume par des attaques ad hominem contre Ferdinand Bernhard. Après s’être privé de la fabuleuse vitrine des vins de Bandol en affichant une farouche volonté de nuire aux vignerons, le maire sortant isole un peu plus la ville de Bandol en rejetant l’idée même d’une communauté d’intérêt.

Une preuve supplémentaire qu’il est nécessaire de rapidement remettre la ville de Bandol dans le sens correct de la marche au cœur d’un bassin de vie naturel.

En se cachant derrière un battage politico-médiatique, qu’il a lui-même alimenté, pour justifier son échec quant à la réalisation de cette vente, qui comme nous l’avons déjà écrit en mai dernier était une hérésie. Comme nous le rappelions dans cet article, le rachat du bâtiment par la ville était possible et son exploitation également.

Le maire sortant n’en sort pas grandi et c’est encore plus grave pour Bandol, qui n’aura donc pas, selon ses mots, de fête des vins cette année. A n’écouter que lui-même le maire sortant nous a fait perdre un temps précieux. Triste réalité d’un mandat décousu et approximatif.