L’ensemble immobilier de la résidence de tourisme « le Bosquet » sera bien requalifié en logements en mixité sociale dont 50% de logements locatifs sociaux.

L’ensemble immobilier de la résidence de tourisme « le Bosquet » sera bien requalifié en logements en mixité sociale dont 50% de logements locatifs sociaux.

 

L’ensemble immobilier de la résidence de tourisme « le Bosquet » sera bien requalifié en logements en mixité sociale dont 50% de logements locatifs sociaux.

Jean Paul Joseph, Maire de Bandol, avec la complicité de son adjoint à l’urbanisme et le silence assourdissant de son adjointe au tourisme, a donné le 23 janvier 2018 son autorisation à l’EPF PACA d’exercer le droit de préemption et d’acquérir l’immeuble de la résidence « Le Bosquet » pour y créer des logements dont 50% seront des logements sociaux. Rappelons que le 25 janvier, interrogé sur le sujet en conseil municipal, le maire de Bandol avait répondu, c’est trop tôt, je ne peux en parler. Il fallait en fait comprendre, c’est trop tard j’ai donné mon accord à la destruction de 15 emplois et d’une partie de l’économie touristique locale.  Chacun peut ainsi mettre un adjectif sur ce comportement.
C’est encore un mauvais coup porté à Bandol, sans l’autorisation du Maire, rien n’était possible. L’EPF PACA se porte donc acquéreur de l’établissement pour la somme de 7 616 840,00 € (Sept millions six cent seize mille huit cent quarante euros). Le projet prévoit la réalisation d’une opération de requalification de l’ensemble immobilier permettant la production de logements en mixité sociale dont 50% de logements locatifs sociaux.

Le propriétaire doit considérer comme définitive la vente de son bien au profit de l’EPF PACA. La vente devra être régularisée conformément aux dispositions des articles R.213-12 et L.213-14 du Code de l’Urbanisme.

Evidemment Bandol a besoin de logements sociaux, évidemment la demande est importante, mais pas au prix de la destruction d’emplois, pas au prix de la fragilisation de l’économie du tourisme, (19000 nuitées annuelles), pas au prix d’une diminution sans précédent de la capacité d’accueil de notre station balnéaire. Jean Paul Joseph et Jean Pierre Chorel portent une très lourde responsabilité, leur inaction dans le domaine de la réalisation de logements sociaux sur la commune depuis le début de leur mandat, a permis au Préfet et à l’EPF de prendre la main sur notre commune. Je rappelle au passage que la municipalité défaillante n’a plus aucun droit de regard sur l’attribution des logements sociaux. Je laisse les propriétaires imaginer ce qui les attend s’ils devaient mettre leur bien en vente, leur cas pèserait bien peu, face à l’absence de courage politique de notre Maire. Le Maire de Bandol tentera une fois de plus de nous expliquer que ce n’est pas de sa faute, mais c’est bien avec son accord que la résidence le Bosquet va disparaître, comme précisé sur la décision de l’EPF PACA, « Vu les accords donnés par les autorités exécutives de la Commune de BANDOL ».

Cette majorité n’a pas levé ne serait-ce que le petit doigt pour défendre l’emploi et l’économie locale. De même, pour notre députée soutenue par le Maire, Mme GUEREL, qui a sans doute mieux à faire que de sauver 15 emplois sur Bandol.
Seul le groupe humanis peut encore sauver les emplois de ces salariés en retirant son bien de la vente. J’invite le plus grand nombre de Bandolais et au-delà à réagir chacun à leur niveau pour permettre de sauvegarder cet établissement.  Nous pouvons par exemple faire part de notre soutien aux salariés en envoyant un message sur le lien suivant : https://humanis.com/ rubrique nous contacter. Je crois beaucoup au travail en commun de manière générale, mais plus encore au sujet des logements sociaux, qui, comme l’avait souligné à l’époque Monsieur le Préfet Pierre Soubelet, doit être appréhendé au niveau de l’agglomération, C’est unis que nous devrions livrer cette bataille pour le logement. La commune ne pourra seule relever le défi. L’agglomération devrait être un partenaire permettant d’actionner les leviers nécessaires à l’obtention d’un équilibre en la matière. La solidité de notre agglomération, dépend de notre capacité à nous coordonner. La politique isolationniste de notre Maire, nous mène purement et simplement dans le néant. En lieu et place d’installer une intelligence territoriale, et d’inverser des tendances lourdes de conséquences, le Maire de Bandol a fait le triste choix de l’isolement et de la capitulation.

 

 

 

Pierre Lerat

Président de l’association

Agissons ensemble pour Bandol