Une petite campagne d’autopromotion

Au niveau de l’éthique, cette campagne présente visiblement, un déséquilibre excessif au niveau publicitaire et est susceptible de fausser la concurrence démocratique au seul profit du chef de l’exécutif local.
Une campagne préélectorale qui ne dit pas son nom, financée par le contribuable ? Si oui à quel coût ?
Escamoter la hausse d’impôt que nous ne devons qu’au choix désastreux et purement politicien de Jean Paul Joseph et de Mme Quilici de former une alliance qui au détriment de la commune leur a permis de gagner les municipales de 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *