HORS-SERIE N°1 FINANCES

HORS-SERIE N°1 FINANCES

Le Maire de Bandol, vient de publier et faire distribuer un magazine de la ville hors-série.

Que ceux qui espéraient y voir une communication dédiée aux atouts de notre station balnéaire, passent leur chemin. Il n’est pas question dans ce numéro spécial de 22 pages sur papier glacé de mettre en avant les évènements, le commerce, le tourisme de la ville, ou de communiquer sur les attraits de notre baie et les acteurs qui essayent tant bien que mal de faire vivre Bandol.

Non ce numéro bien plus épais que le journal habituel de la ville et dont nous aimerions connaître le prix de conception, d’impression et de distribution, puisque ce sont bien nos impôts qui sont utilisés, n’est qu’un argumentaire publicitaire de la gestion financière de Jean Paul Joseph. Après l’affiche de grand format sur le même sujet déjà placardé sur les espaces publicitaires de la ville et pour laquelle, nous avions déjà évoqué, le coté flagrant d’autosatisfaction et de mise en place d’une pré-campagne électorale aux frais des Bandolais. Voici que le maire de Bandol frappe encore plus fort, qu’il ouvre grand les cordons de la bourse municipale pour une campagne d’autopromotion. Nous reviendrons en temps et en heure sur le contenu du dossier finances. A ce propos qui prépare ces analyses, aussi belles qu’orientées ? La commune a-t-elle recours à un prestataire extérieur, voilà une question que nous vous invitons à poser à Jean-Paul JOSEPH.

Le Maire de Bandol annonce avoir un devoir de gestion rigoureuse et transparente dans un contexte de défiance envers les responsables politiques et dans le même temps nous explique qu’il n’a aucune responsabilité dans l’augmentation de nos impôts en 2015 + 8,35%.

Ce sont bien ses choix d’alliances purement politiciennes qui ont conduit au chaos Bandol en 2015. Ce sont bien ses choix budgétaires et ses conflits avec sa meilleure ennemie qui ont obligé M. le Préfet à prendre cette décision. Venir dans les premières pages nous expliquer que c’est M. le Préfet qui a décidé et ne pas nous en donner les motifs, ou est la transparence ?

A Bandol 0% d’augmentation d’impôts depuis 3 ans, le zéro en rouge pour être certains que nous comprenions, Oups ! mais en 4 ans 0 + 8,35% ça fait bien 8,35% d’augmentation d’impôts. La politique fiscale, je cite « avantageuse renforce l’attractivité de Bandol ». Nous le constatons tous les jours, tellement avantageuse que les rideaux des commerces se ferment un peu plus chaque jour.

La masse salariale, parlons-en, maitrisée, PANTALONNADE, 2014 10 552 855 € 2017 10 446 089€, mais pour quel effectif M. le maire ? Combien d’agents en moins ? quelles conditions de travail ?

Derrière les agents des services municipaux, il y a des hommes et des femmes, qui méritent de travailler dans de bonnes conditions et de ne pas servir de bouc émissaire, ou de variable d’ajustement. Force est de constater que le travail n’est pas reconnu, notamment à sa base. Il conviendrait aussi que les élus de la majorité retroussent leurs manches et justifient l’augmentation de leurs indemnités de 23.6% entre 2014 et 2017. Ma petite entreprise ne connait pas la crise ! Mais où est donc cette ligne dans votre luxueux bulletin de campagne promotionnelle, M le maire ?

Alors que tous les budgets sont étriqués, que les services sont exsangues, que la promotion et la communication de la ville sont quasi inexistantes, il est honteux M. le maire de voir nos impôts servir des intérêts purement politiques !