Bandol en Marche … arrière

Dans le climat actuel de notre pays, toute initiative tendant à renforcer notre démocratie est à saluer. Le quotidien Var Matin a eu la très bonne idée de proposer un débat public avant le premier tour des élections municipales à Bandol.

Ce débat devait permettre à tous les candidats de confronter leurs projets, leurs idées et de répondre aux questions du public, tout comme Var Matin le propose dans les autres villes varoises, sans trop de problèmes.

Sur ce principe, j’ai donc donné mon accord. 

Et une fois encore, à Bandol, le maire sur le départ en a décidé autrement. Il accepte de prêter une salle, il accepte de participer au débat avec les autres candidats mais … à la condition expresse qu’il n’y ait pas de public.

Dans ces conditions, la liste Agissons ensemble pour Bandol que je représente, ne peut se soumettre à la lubie d’un seul candidat. Je ne participerai donc pas à ce huis clos.

Ce débat excluant le public peut laisser croire que le maire sortant craint plus la population que les représentants des partis politiques, soi-disant concurrents.

En marche, Les Républicains et les autres … tout ce petit monde se connait, se fréquente et trouve souvent le moyen de s’arranger, en dehors de la présence de la population.

À Brignoles En marche se marie avec Les Républicains, à Hyères En marche se marie avec La Gauche. Dans le Var les exemples ne manquent pas, malheureusement. 

C’est la meilleure solution pour eux, pour que rien ne change vraiment. En ce qui me concerne mon seul parti C’EST BANDOL et le seul contrat que je signerai, je le signerai avec les Bandolaises et les Bandolais, sur la base du programme que je présente.

Trop habitué à un parterre flatteur, le maire, sur le départ, exclut la population de ce débat, ce n’est rien moins que scandaleux à mes yeux.

Indigne d’un représentant du peuple élu au suffrage universel !

Je ne souhaite pas cautionner, par ma présence, la mise à l’écart des principaux concernés par l’avenir de Bandol, à savoir les Bandolaises et les Bandolais.

Le 15 mars les appareils politiques vont nous entendre.

Dès le 15 mars 2020 Votez et faites voter pour la liste Agissons ensemble pour Bandol.

Pour que l’avenir de Bandol ne se décide ni à Toulon, ni à l’Assemblée nationale mais à Bandol, sur l’avis des Bandolaises et des Bandolais.

 Seul on va plus vite, ensemble nous irons plus loin pour Bandol.

Pierre Lerat.