Bandol n’est pas à vendre

Dès le début de cette campagne, nous avons écrit que, selon nous, les décisions qui engagent l’avenir de Bandol, doivent être prises à Bandol, par les Bandolaises et les Bandolais.

Le temps passant nous donne encore une fois raison !

Ce lundi, l’ancien Président du club de Rugby de Toulon était à Bandol à l’invitation du candidat LR pour nous donner une leçon d’économie. Si la réussite de cet homme est incontestable, il nous faut rappeler qu’une ville ne peut pas et ne doit pas être gérée comme une entreprise.

Quand les élus LaREM souhaitent gérer les institutions comme une entreprise du CAC40 le résultat s’affiche devant nos yeux depuis plus de 3 ans.

Gérer une ville comme Bandol, c’est d’abord et avant tout prendre en compte l’intérêt général qui n’est jamais la somme des intérêts particuliers.

Il n’y a aucun bénéfice à espérer à la fin de l’année, le seul espoir, selon moi, est d’améliorer le quotidien de la population.

Jusqu’à preuve du contraire, cet homme d’affaire Toulonnais n’a jamais géré une collectivité, il est donc surprenant que le candidat LR l’invite à nous expliquer comment faire du Business. 

Bandol n’est pas à vendre ! Ni aux Toulonnais, ni aux amis Parisiens.

Ce même candidat LR est chaleureusement soutenu par le Vice-Président du Conseil Régional PACA qui un temps espérait se présenter à Bandol, avant de renoncer, certainement par manque de convictions. Ce soutien n’est pas gratuit, les prochaines élections Sénatoriales l’intéressent au plus haut point, puisqu’il est candidat et que le vote est réservé aux membres du conseil municipal. Un retour d’ascenseur sera de bon aloi le moment venu.

À n’en pas douter, ces méthodes sont monnaie courante chez les politiciens professionnels. Pour preuve, un courrier sur un papier à entête du Conseil Régional, demandait au maire sur le départ un avantage pour un de ses amis. 

Parions qu’en cas d’une réponse positive du maire sur le départ, pour l’attribution « amicale » d’un anneau au port de Bandol, le Vice-Président du Conseil Régional aurait été plus discret dans son soutien au candidat LR.

Ce principe de fonctionnement s’il est avéré, porte un nom ! Maintenant que ce courrier officiel a été rendu public par le maire sur le départ, espérons que le Procureur de la République et le Préfet du Var saisiront la justice, pour que de tels agissements cessent !

Une fois encore répétons à ces politiciens professionnels que ni Bandol, ni son port ne sont à vendre. Si les Bandolaises et les Bandolais nous font confiance dès le 15 mars prochain, les Toulonnais (LR) et les amis Parisiens (LaRem) devront trouver une autre ville pour faire du Business « entre amis ».

Comme le disait Albert Einstein « Ce n’est pas avec ceux qui ont créé les problèmes qu’il faut espérer les résoudre »

Le maire sur le départ, l’ancien préfet et les conseillers sortants sont les responsables de la situation actuelle de notre ville, de notre pays. C’est pourquoi la liste Agissons ensemble pour Bandol est la seule alternative crédible pour que Bandol sorte de son isolement et que le Conseil municipal retrouve apaisement et sens de l’intérêt général.

Pierre Lerat.