Journée nationale en hommage aux victimes du terrorisme

Le Président de la République a souhaité « instituer »par décret du 7 novembre 2019, une journée nationale d’hommage aux victimes du terrorisme. Cette journée est fixée au 11 mars. Elle aura lieu, de façon symbolique, le même jour que la journée européenne des victimes du terrorisme. Cette journée européenne du 11 mars commémore l’attentat djihadiste le plus meurtrier en Europe à ce jour qui avait fait 191 morts à Madrid le 11 mars 2004. De surcroît, cette date correspond également au premier des attentats perpétrés par Mohamed Merah en 2012 à Toulouse et Montauban. 

Chaque année, à cette date, une cérémonie nationale est organisée. Une cérémonie analogue peut être organisée dans chaque département à l’initiative du Préfet, dans chaque ville à l’initiative du conseil municipal.

La première cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme aura donc lieu à Toulon à l’initiative de Monsieur Jean-Luc Videlaine mais à Bandol, ni le maire ni aucun de ses colistiers n’a souhaité organiser quoi que ce soit, ne fusse qu’une minute de silence en hommage aux victimes du terrorisme.

Pourtant nombreux sont nos compatriotes qui ont payé de leur vie : 487 morts entre 2001 et 2019. Dans la nuit du vendredi 13 novembre 2015, une suite de plusieurs attentats qui ont entraîné la mort de 130 personnes à Paris et à Saint-Denis, ce qui en fait l’attentat le plus meurtrier en France depuis 1945. L’attentat de Nice du 14 juillet 2016 est, quant à lui, le plus meurtrier commis par un seul individu avec 86 morts. 

Dans le département du Var, plusieurs de nos concitoyens ont perdu la vie victimes du terrorisme à Nice, au Bataclan, à l’étranger.  Le Ministère de la Justice comptabilise 143 victimes dans le Var (cela comprend les familles de victimes et les victimes de chocs psychologiques). 

Malgré cela pas le moindre signe, pas la moindre minute de silence, pas le moindre recueillement de la part de l’équipe municipale.  Rien d’étonnant quand on voit de quelle façon est entretenu le monument aux morts à Bandol envahi par les mauvaises herbes, rongé par des mousses, laissé à l’abandon. C’est un manque de respect inacceptable de la part du Conseil municipal de Bandol.

Les colistiers d’Agissons ensemble pour Bandol ont marqué ce matin, jeudi 11 mars à 11h, une minute de silence devant la permanence du Quai Charles de Gaulle.

Si le 15 mars vous nous faites confiance en votant pour la liste Agissons ensemble pour Bandol, nous prenons l’engagement solennel d’organiser chaque année le 11 mars une manifestation où la population sera invitée ainsi que les enfants des écoles. Non pour dresser les uns contre les autres mais pour ne jamais oublier que lorsque le passé n’éclaire plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres.

Pierre Lerat